Nouveau

Nous sommes le 10 août, normalement la fin du voyage… et bien non! Nous avons prolongé de 3 jours, en transformant l’escale aéroportuaire de Berlin en arrêt sur le trajet pour rendre visite à Alex et manger quelques saucisses. Fin du voyage le 12 août donc.

Sur le blog, une petite nouveauté comme vous avez déjà pu le remarquer, 2 nouvelles rubriques :

-« Bilan », où l’on fait un résumé de ce qu’on a aimé / pas aimé dans les zones traversées

-« Informations pratiques » où vous trouverez toutes les informations pratiques que l’on aurait aimé connaître avant de partir. La publication se fera au fur et à mesure. Dans un premier temps vous saurez tout sur le trajet transmongolien-transibérien.

Publicités

Mise à jour à venir

Etant actuellement en Chine depuis le 5 juin, nous ne pouvons mettre à jour le blog en raison du grand firewall chinois, puisque wordpress est bloqué (pour l’édition des blogs). Cependant on vient de s’apercevoir que l’application mobile continue à uploader, d’où ce message, mais vu que nous ne pouvons insérer les photos et que c’est ce qui intéresse le plus, nous avons préféré nous abstenir. On espère mettre tout ça à jour la semaine prochaine lorsque nous passerons en Mongolie.

En attendant chers lecteurs veuillez nous excuser, nous savons à quel point nos billets vous manque. Pour information nous allons très bien, même si la Chine… et bien ce n’est pas très facile. Mais on vous racontera tout ça très prochainement!

PS : WordPress ce n’est pas trop grave, par contre Facebook, les sites des grands groupes de presse et une bonne partie des blogs occidentaux (utile pour avoir des infos) un peu plus. Mais le pire, toutes les applications Google sont également bloqués : recherche, Gmail (comment réserver un billet?), Maps (pas très facile de s’orienter…). Alors imaginez les téléphones sous Android…

PS2: Attendez vous à recevoir beaucoup d’infos d’un coup. On essaiera d’étaler la MAJ pour que vous ayez le temps de suivre!

2 jours de perdants

Après notre virée sur l’île de la Plata, retour sur Quito par le même bus de nuit, pour lequel nous avons eu de la chance de trouver un place. Pour résumer c’était pire qu’à l’aller, si si c’est possible. Placés devant l’entrée, pas de climatisation, la première partie se déroule portes ouvertes (l’espace chauffeur est séparé des passagers par une porte + porte du bus). Un vrai régal vu que le chauffeur, qui avait l’air très « fatigué », faisait hurler son moteur, les bus équatoriens sont plutôt des low cost Hino que des modèles européen flambant comme au Mexique, et klaxonnait à tout va. Pour arranger le tout, arrêt toutes les heures et donc bousculade des gens qui montent ou descendent (le bonheur d’être devant), la police qui arrête le bus en pleine nuit en allumant toutes les lumières pour nous filmer, et pour finir une arrivée à … 3H45 du matin. Bref le bonheur. Vu qu’on ne prévoyait pas d’arriver si tôt et que l’on prend un vol le soir pour Lima, nous n’avions pas prévu d’hébergement et en trouver un à cette heure peut se révéler compliqué. Nous décidons donc de finir la nuit au terminal de bus, où il fait froid, vu qu’on a repris de l’altitude. Enfin pour ma part, car Delphine qui n’avait déjà pas pu fermer l’œil dans le bus n’y arrive pas plus ici.
Réveillés fatigués du brouhaha ambiant du matin, on se dirige vers la Mariscal pour prendre un bon petit dej’ et s’installer dans un endroit plus confortable. Arrivés à destination, tout est fermé! Rien d’ouvert, pas un café, alors qu’il est 7h45 et que le quartier grouille de cafés, restaurants et autres bars. L’équatorien n’est pas très matinal. Après attente on réussi à trouver un café ouvert (le premier qui ouvre, à 8h!) et on y restera un bon moment.
Après un tour et une sieste dans le parc du coin, très sympa d’ailleurs, je me dis que j’irai bien grimper avant le vol histoire d’occuper les quelques heures qui nous restent et d’essayer de garder un peu la forme. Après avoir cherché la salle du coin, qui a l’air top et surtout ouverte d’après les horaires trouvés sur le web, on s’y rend à pied (mauvaise idée avec les sacs) pour la trouver fermée! Toujours dans l’ambiance de la journée en gros. Serait-ce parce que ce sont les vacances? Mystère.
Un café plus tard, on se décide à aller à l’aéroport, encore fatigués. Arrivés à bon port et une fois dans la file d’attente du comptoir d’enregistrement, on s’aperçoit très vite que ça n’avance pas. Les personnes discutent beaucoup avec le personnel, il y a moult aller-retour de ces derniers, et aucun bagage n’a été déposé jusqu’à présent. Là je me dis que cela sent le surbooking vu mes récentes expériences. Arrivés finalement au comptoir on apprend que notre vol est retardé… à demain, « sûrement » le matin!
On vous passe les détails sur les difficultés voire l’absence de communication (le vol est toujours affiché « on time » et aucune annonce générale) du personnel LAN, c’est fatigués, frustrés et très énervés que l’on s’achemine vers l’hôtel qui va nous héberger. Quand même, 2 vols avec LAN, 2 retards! De plus nous ne  connaissons toujours pas l’heure de départ du lendemain sachant que :
1) nous avons pour une fois réservé notre nuit + taxi à Lima => à annuler mais acompte perdu
2) nous avons réservé notre bus pour Arequipa, départ à 17h

image

Pour résumer notre état d’esprit à ce moment là

1H de bus plus tard (encore!), arrivés à l’hôtel (à 21H30), on se console en sachant que c’est le Sheraton, le 5* du coin, donc repos en vue, enfin! Il y a quand même 2 bus remplis de voyageur à héberger, donc cela prend du temps à la réception. D’ailleurs la plupart ont une correspondance à Lima, il y a plus malheureux que nous donc…
Après dîner, on apprend en interrogeant le personnel du Sheraton, car personne de LAN n’a fait le déplacement, que notre vol est programmé à 16h. On passera donc le lendemain matin avec la réception de l’hôtel, très efficace et serviable contrairement à LAN, à essayer de modifier nos billets de bus. Finalement déplacés au lendemain car plus de places sur le départ de 21h, un jour perdu donc, mais quand même un peu soulagés de ne pas devoir repayer les billets. D’ailleurs si quelqu’un sait si les assurances voyages (comme celle de la VISA premier ou Mastercard gold) prennent en charge ces coûts, je serais intéressé, car je n’ai rien trouvé sur Internet. Et n’étant pas en Europe, LAN n’est absolument pas obligé de faire quoique ce soit niveau dédommagement.

Nous arrivons finalement à Lima, après avoir réservé le même bed & breakfast et le taxi qui doit nous attendre. A l’arrivée à l’aéroport, pas de taxi (encore!) au bout de 45 minutes d’attente. Il faut savoir qu’au Pérou il y a beaucoup de faits divers liés à de faux ou peu scrupuleux chauffeurs de taxis qui détroussent régulièrement leurs passagers, ou du moins sont complices. De plus l’aéroport étant situé à Callao, un des quartiers les moins sûrs de Lima, les taxis ordinaires sont bannis, seules quelques compagnies sont présentes et utilisent donc leur monopole pour faire gonfler les prix. C’est pour cela que tous les hébergements de Lima proposent un transfert depuis l’aéroport. Vu qu’il fait nuit, il n’est pas bien recommandé d’en prendre un à l’extérieur (comme on a déjà pu le faire il y a 2 ans), nous optons donc pour la compagnie de l’aéroport et finalement arrivons en ville! Si on rajoute le fait que nos cartes soient refusées à l’aéroport et dans les distributeurs en chemins, sachant qu’à nous 2 nous en avons 4, vous comprendrez mieux le titre du post, malgré l’hôtel!

Vive les voyages!

Les sacs… suite

L’inventaire… moment important puisque c’est une affaire de compromis : prendre des affaires pour avoir un minimum de confort et d’autonomie dans toutes les situations et voyager le plus léger possible. Moment délicat puisqu’on a envie de tout prendre mais que tout ne rentre pas dans les sacs!
Voici ce que nous allons emporter :

image

Comme vous pouvez le voir il y a beaucoup… On peut trouver :
– Des vêtements pour le beau temps, puisqu’on va faire un an d’été!
– Des vêtements pour le froid, de nombreuses randos sont prévues en montagne, et nous irons très au sud (Patagonie et Nouvelle Zélande)
– Des vêtements pour la pluie
– Trousse de toilette (importante, j’ai 10 mois de lentilles) + serviettes
– Trousse à pharmacie, qui est assez balaise
– Accessoires de camping : tente, duvets, tapis de sol, réchaud et popote puisqu’on compte faire des treks en autonomie. De plus, il y a de grandes chances que cela s’avère très utile en Océanie si on se déplace en voiture
– De l’électronique : tablette, appareil photo, liseuse (merci les ex collègues!!), téléphones portables, chargeurs, adaptateurs, cartes SD
– Guides de voyages (les premiers)
– des chaussons d’escalade pour Seb parce qu’il compte bien grimper pendant le voyage
– Des accessoires divers : cordes à linges, ceintures, lunettes etc…

Les contenants : Un sac de 70L (16,5 kg) pour Seb, un sac de 50L (10,5 kg) pour Delphine, et un petit sac de 28L (2-3  kg) pour l’avion et les balades à la journée. Et bien croyez le ou non tout rentre.

On pourrait faire l’inventaire complet mais ça ne serait pas très intéressant. A la place on va faire un zoom sur des objets plutôt insolites qu’on a pas l’habitude de voir mais qui ont l’air très pratiques. D’après vous à quoi ça sert :

image

Réponse : une banane secrète qui se glisse sous les vêtements pour cacher les billets

image

La ceinture cache billet : on peut cacher les billets dans la doublure zippée

image

Un bracelet « de survie » (Merci les Bailly vétérinaires!) qui se déroule en 2.5 m de ficelle si besoin

image

Du shampoing solide qui dure 6 mois à priori… (Merci Bailly vétérinaires une nouvelle fois!)

image

image

Un guide avec des images d’objets et de scènes pour se faire comprendre (merci les copains!!!!) parce que tout le monde ne parle pas anglais.

Qu’est ce que c’est donc que ça :

image

Les plus « tordus » ont des idées… mais il s’agit d’un déclencheur bluetooth de photos pour selfies!!! Merci Marghe et Vince!

Et pour finir :

image

Je vous vois venir, mais c’est un mousti’click : ça créé des petits arcs électriques qui soulagent les piqûres, il parait que c’est révolutionnaire, on va pouvoir le tester.

Les rois de l’empaquetage

Après s’être délestés d’un appartement, d’une voiture et de (nombreux) cartons, l’heure est à la préparation des sacs (comment ça, 48 heures avant le départ, c’est un peu tard?!). Avec quelques (nombreuses) heures de sommeil de retard grâce à une top-giga-méga-cool fête de départ, la réflexion est intense…et difficile.

Un grand moment de « Quelle paire de chaussettes va sentir le moins mauvais? » ou « C’est utile de prendre la capuche de ma doudoune? » ou « Combien on prend de cotons tiges? » et autres questions existentielles…

IMG_1673[1]

Et puis vient le moment où tout bascule… et où on se retrouve à revisiter Lawrence d’Arabie l’uni-chaussettiste…

IMG_1674[1]

Le tout sous le regard anxieux de Silka, qui panique à l’idée qu’on l’abandonne 9 mois chez tata Isa.

IMG_1675[1]

Bref…on fait nos sacs quoi ^^

Et voici le parcours!

Magie de google maps, voici, dévoilé en exclusivité (ou presque!) le parcours pour les 9 mois à venir!

Les dates sont modifiables à quelques jours près, mais ça sera ça grosso modo… Avis aux voyageurs qui voudraient nous rejoindre pour quelques jours (semaines?), vous êtes les bienvenus! 9 mois sans les copains sinon, ça va être long…

Vous pouvez trouver l’itinéraire dans le lien ci dessous, ou dans l’onglet itinéraire

https://www.google.com/maps/d/edit?mid=zc5INmPLDpv0.kES6uaa-WILM

Et maintenant…y’a plus qu’à tout préparer!!!!

photo