La grande traversée

Il est temps de revenir un peu sur ces 3 derniers mois de voyage, peut-être ceux qui nous ont amené à traverser le plus grand nombre de kilomètres qu’on ait jamais fait en un tel laps de temps! Ce dernier tronçon s’articulant majoritairement autour du mythique train transsibérien, sur sa branche transmongolienne, notre périple nous a mené au travers de 3 pays forts différents l’un de l’autre.

La Chine, vaste débat… Un pays de contrastes énormes, où nous n’avons jamais eu autant de mal à communiquer, ce qui a été terriblement frustrant pour nous. Où nous n’avons jamais aussi bien mangé de tout le voyage, une vraie révélation culinaire! De ce que tous les étrangers croisés nous ont dit, nous retiendrons que visiblement, il est bien plus facile de comprendre le pays, ses coutumes et ses habitants et donc de l’apprécier à sa juste valeur si on maitrise quelques bases (bien avancées tout de même) de mandarin… Vu que ce n’était malheureusement pas le cas, nous sommes certainement passés à coté d’une grande part de la Chine, par notre impossibilité à échanger avec ses habitants. Le pays, en lui même, est juste…fou. Dans tous les sens du terme. Des mégalopoles saturées de grattes ciels à l’architecture futuriste, en passant par les villes anciennes (véritablement anciennes ou reconstruites à la chinoise, version Disneyland) où l’on se croit dans « Tigres et dragons », aux paysages naturels à couper le souffle rencontrés, c’est certainement le pays qui nous a le plus surpris. Et dans lequel on s’est dit qu’il faudrait forcément revenir pour tenter de mieux le comprendre et en découvrir ses secrets, une fois quelques sinogrammes assimilés!

Le contraste avec la Mongolie derrière ne pouvait pas être plus saisissant… Un pays de grands espaces, le moins peuplé de notre planète, avec encore une forte culture nomade, des pays voisins que tout oppose. La petite anecdote qui représente bien ça: les chinois sont très fiers d’avoir construit la grande muraille, les mongols sont eux très fiers de leurs invasions qui ont obligé les chinois à le faire! Un accueil hors du commun, des paysages qui donnent le tournis par leur étendue, des Naadams célébrés en fanfare un peu partout, le tout dans une ambiance super sympa entre la présence de l’équipe TV et des copains… Malgré l’infame airag à boire, la météo capricieuse en fin de séjour et les couacs d’organisation rencontrés, un plaisir d’y être allés (ou retournés)!

Et encore une fois, le contraste est saisissant au passage de la frontière russe, un monde sépare ses 2 voisins. La Sibérie, ses étendues immenses avec le lac Baïkal en point d’orgue, ses villages en bois ponctués de clochers dorés nous a conquis. L’expérience du train et de ses longues heures de trajet que nous attendions monotones et pénibles s’est révélé au contraire une vraie occasion de multiples rencontres et discussions, partages et échanges avec quantité de personnages de tout bord! Et puis, c’est l’occasion unique de réussir à finir « Guerre et paix« , chose quasi impossible dans la vie de tous les jours (même si Seb l’a fait)… L’arrivée au Tatarstan nous a directement ramené en Europe, avec cette particularité de mélange de culture turco-mongole musulmane et la vieille Russie traditionnelle orthodoxe, on a beaucoup aimé. Et puis, on s’est senti un peu comme Napoléon en arrivant aux portes de Moscou, à la découverte de la « capitale de l’Asie » comme il la nommait, des explorateurs dans une ville qui a beaucoup à offrir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s