Kazan et le Tatarstan

Nous laissons la Sibérie et ses kilomètres de taïga à perte de vue pour rejoindre après un long trajet de train la région du Tatarstan et sa capitale, Kazan. On est contents d’arriver, le train c’est bien, trop de train, c’est moins bien! Il est tard, la gare de Kazan est magnifiquement illuminée, mettant en valeur ses murs en brique sous la fine pluie qui nous accueille…

Kazan

On rejoint avec une autre française croisée dans le train notre hôtel, heureusement non loin, et tentons d’organiser une façon simple et intelligente de retrouver Anna et sa fille le lendemain matin. Oui, parce que c’est la bonne surprise de ce trajet, Anna, ma correspondante russe rencontrée il n’y a pas loin de 20 ans et revue pour la dernière fois à Paris il y a presque 10 ans, maintenant mariée et mère de 2 petites filles, a décidé de nous rejoindre depuis Togliatti pour passer ces 3 jours à Kazan avec nous.
On rejoint donc notre guide personnelle et sa petite Marianna de 8 ans en plein centre ville, on se reconnait, on est toutes les 2 bien contentes de cette opportunité inespérée de se revoir, bref, tout va bien…

Kazan

Direction le centre névralgique de Kazan, le kremlin (forcément) avec…son immense mosquée!

Kazan

Et oui, le Tatarstan, c’est une région un peu particulière de Russie, très autonome, avec plus de la moitié de la population composée de tatars, descendants de turcs, et musulmans. Les panneaux des rues, les cartes des menus, les explications touristiques, tout est donc bilingue russo-tatar ici. La rue piétonne que nous empruntons est bien jolie et confirme l’impression que nous avions eu en arrivant la veille de la gare: la ville est pleine de très beaux bâtiments d’époque, et surtout en très bel état.

Kazan

Elle accueille lors de notre passage les championnats du monde de natation, il y règne donc une joyeuse agitation internationale, les différents membres des teams de tout pays profitant de pause dans les compétitions pour visiter la ville tout comme nous. Ça a d’ailleurs été une vraie galère pour trouver un hébergement, et nous avons ce matin du changer d’hôtel avant de rejoindre Anna pour nous retrouver dans une très étrange pension « soviético-soviétique », tenue par une grand-mère hors d’âge et dont l’appartement sent fort la litière pour chat. Le tout, dans un immeuble sans aucune indication, heureusement que quelqu’un s’y rendait au moment où nous sommes arrivés et nous y a dirigé… Bref, passons, ce sont des choses qui arrivent, et puis on va pas beaucoup la voir de toute façon cette pension!

Kazan

La mosquée monumentale qui trône dans le kremlin est en fait très récente, puisqu’elle date de 2005. Avec ses flèches vertes et dorées, entourées par les remparts impeccablement blanchis de la cité fortifiée et cotoyée par les cathédrales à bulbes orthodoxes, elle se mixe étonnement bien avec le reste.

Kazan

Kazan

Tout le coin est impeccable, on sent que la ville a fait d’énormes efforts de rénovation ces dernières années (elle accueille entre autres la prochaine coupe du monde de foot) et ça paie. Les églises brillent, les statues en imposent et la vue sur la Volga n’est pas des plus désagréables. On aperçoit même le plongeoir des championnats de natation depuis les remparts!

Kazan

Kazan

Après toute cette marche, pause déjeuner dans un restaurant russe tendance Asie centrale où Anna nous éclaire sur certains mystères du menu: découverte de l’okrochka (une version russe du gaspacho, mais carrément moins bon, qu’on peut choisir au kvass ou au yaourt), des mantis (sorte de très gros raviolis au mouton qui rappelle un peu trop la non-gastronomie mongole à notre goût)… De son propre chef, elle nous dira qu’on ira faire un vrai bon resto ce soir, histoire de ne pas rester sur l’impression mitigée de ce midi! Et puis on s’aperçoit aussi que le nourriture et sa fille c’est compliqué, elle aura au final de la journée ingurgité nombreux sodas, glaces, gâteaux et frites, pour le reste… Il semblerait que la politique de la famille soit que si ton enfant ne finit pas son assiette, et bien c’est pour le papa ou la maman!

Kazan

On visite l’après-midi le musée d’histoire du Tatarstan et de Kazan, un peu trop en russe au goût de Séb, mais intéressant, qui nous renseigne sur l’évolution de cette région, colonisée par des peuples d’origine turque, envahie par les mongols, puis reprise par quelques russes explorateurs quelques siècles auparavant, pour aboutir à la version d’aujourd’hui, ce qui a tout de même fait de Kazan la troisième ville la plus riche du pays, et ça se sent. Rien à voir avec la Sibérie d’où nous arrivons ici! On y a aussi trouvé quelques pièces rigolotes, une grande partie de l’histoire de la Russie étant en lien avec la France et les guerres Napoléoniennes du début du 19ème siècle.

Kazan

On continue ensuite notre promenade à travers la ville, croisant églises richement décorées, bibliothèque devant laquelle trône fièrement le « jeune » Lénine, parcs ornés de statues et étonnants musées (des jeux automatiques soviétiques!).

Kazan

Le temps de prendre une bière en terrasse au soleil couchant (un fanta pour Marianna, quand même, on n’est pas des sauvages!) en papotant, on traverse la ville pour aller dans un resto tout ce qu’il y a de plus russe au niveau du décor: kitsch à souhait, karaoké au rez de chaussée, lumières improbables à l’étage et une armée de serveurs sur les dents autour de nous. La cuisine par contre tend elle plus Asie centrale, et c’est très bon: quantité de pains un peu briochés au fromage, shashlik (brochettes) d’agneau avec légumes grillés, aïran (genre de yaourt aigre à la ciboulette à prendre en boisson, surprenant), dolmas (comme des feuilles de vigne grecques mais moins assaisonné, décevant)… Bref, on mange à la russe, plein de plats sur la table (trop) en picorant de tout! Il nous faudra bien les 40 minutes de marche pour rentrer dans notre dortoir improbable pour digérer tout ça.

Kazan

Anna nous ayant rejoint en voiture à Kazan, on profite de l’occasion pour se faire le lendemain une excursion à une soixantaine de kilomètres de là sur l’île de Sviajsk. La route emprunte des ponts monstrueux sur la Volga, qui s’étale sur des kilomètres dans une genre de grande plaine inondée, incroyable la largeur que prend ce fleuve avec les barrages construits en aval. L’île (en fait presqu’île) où nous allons se trouve justement délimitée par la jonction de deux rivières, formant un joli réseau d’îlots herbeux tout autour.

Sviajsk

Sviajsk

L’endroit est très beau, serein après l’agitation de Kazan, très orthodoxe aussi. De grandes églises et cathédrales, en bois, peintes, avec leurs bulbes colorés et brillants, des maisons en bois pour loger les quelques centaines d’habitants du lieu, très peu de voitures, un monastère, c’est paisible.

Sviajsk

Sviajsk

Sviajsk a servi pendant la guerre, puis pendant la période soviétique de base pour les militaires et ses bâtiments ont donc fréquemment changé d’occupation au cours des années, de monastère à infirmerie puis garnison, mais aujourd’hui, ils ont été restaurés et ont repris leurs activités initiales.

Sviajsk

On profite de la balade sous un beau soleil, on flâne, les touristes sont finalement peu nombreux et il fait bon se promener dans cet endroit.

Sviajsk

Puis retour à Kazan où nous terminons tranquillement la journée dans un café et en se baladant dans les boutiques de la rue piétonne, un vrai repère pour touristes en manque de souvenirs ridicules…

Suite à la proposition d’Anna, nous avons modifié nos billets de train Kazan-Moscou du lendemain en Togliatti-Moscou et reprenons donc la voiture avec elle direction sa ville d’origine. Cela nous permet en effet de nous arrêter visiter l’ancienne cité de Bolgar sur le chemin, et lui évite à elle de devoir nous ramener sur Kazan ensuite. La route est plus longue cette fois, on peut encore une fois s’ébahir devant la largeur acquise par certains fleuves et rivières qui prennent des proportions gigantesques dans ces grandes plaines où rien ne les arrête, inondant tout devant eux. Bolgar, comme nous l’avons appris au musée visité à Kazan, c’est une des anciennes capitales de l’ancien empire tatar, lorsqu’il était sous domination turco-mongole.

Bolgar

On s’attend donc à quelque chose très différent de la veille. Pour être différent, c’est différent, il n’y a…rien. En fait, c’est le problème de ce genre de sites historiques qui se fait classer par l’UNESCO et dans lequel tout est tellement vieux qu’il n’y a en fait rien à montrer. Le peu de ruines présentes est en fait reconstruit et ce qui n’est pas reconstruit, et bien, ce sont 3 pavés disposés précautionneusement sur le sol. Pas folichon…

Bolgar

En langue tatar

Ça manque d’explications qui pourrait rendre le site attrayant en expliquant son histoire, ses origines… Tout est en russe et c’est assez succinct. En gros, en creusant pour construire des églises, ils sont tombés sur des vestiges de l’époque et les ont mis dans le musée que nous allons visiter, tentant d’en savoir plus. Bon, c’est moins succinct, mais toujours en russe, et surtout, c’est le musée pas du tout grand public, mais complètement branché archéologie, à détailler le moindre caillou retrouvé.

Bolgar

C’est pas franchement notre tasse de thé et puis on a plus trop le temps, alors on file voir la mosquée construite récemment non loin et qui en jette, puis on décampe.

Bolgar

C’est la course pour rejoindre Togliatti, il semblerait que le temps de trajet ait été sous estimé… On arrivera in extremis à la gare, Anna nous jette dans le train et on a à peine le temps de se dire au revoir, mais c’est bon, nous sommes dedans! C’est le dernier trajet ferroviaire de notre parcours depuis Pékin, et pour cette fois, nous sommes en kupe, soit en compartiment de 4, fermé, lits plus grands et tout confort, le luxe. Une bonne clôture de ces 3 jours de découvertes du Tatarstan très agréables et une bonne nuit de sommeil qui nous mène vers notre étape finale, Moscou!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s